mardi 19 février 2019

Little Heaven de Nick Cutter - Serial Reader

Titre: Little Heaven
Auteur: Nick Cutter
Denoël Sueurs Froides
Date de parution: 01/10/2018
Nombre de pages: 592

Le passé est un molosse qui vous poursuit à travers champs et collines, tenaillé par une faim dévorante, vous pistant jusqu’à ce que, une nuit, vous l’entendiez gratter à la porte. Le mal ne meurt jamais ; il sommeille. Parlez-en à Minerva, à Micah et à Ebenezer, chasseurs de primes, mercenaires dans l’âme mais aux dons inégaux. La première fois qu’ils font équipe, en 1966, c’est pour retrouver un enfant qui a été enlevé par une secte obscure œuvrant au Nouveau-Mexique, dans un endroit nommé Little Heaven. C’est là que le révérend Amos, qui reçoit ses ordres de Dieu directement, rassemble ses fidèles pour un culte des plus sombres. Quinze ans plus tard, la fille de Micah est enlevée, et le trio devra s’armer pour le débarquement de l’Enfer à Little Heaven. Avec un plaisir manifeste et sa perversité habituelle, Nick Cutter (Troupe 52) démontre dans ce western sanglant et nerveux qu’il a su dompter les codes du roman d’épouvante.



Mon avis: 


Ellen Bellhaven a engagé un trio de mercenaires hauts en couleurs pour s'enquérir de son neveu, qui a été emmené par son père pour rejoindre un campement reculé de fanatiques religieux au Nouveau-Mexique appelé Little Heaven. Ellen rejoint les mercenaires, Micah, Minerva et Eb, alors qu'ils s'aventurent dans leur mission. Cependant, à l'approche du règlement, les choses commencent à tourner un peu (beaucoup) au vinaigre. Little Heaven s'avère une colonie malsaine et émaciée, avec des enfants bizarres, un gourou égocentrique et complètement fou et un mal inexorable, absolu, qui rôde autour.

Ce que je dois d'abord dire:

Primo, Nick Cutter est très bon en développement de personnage, presque roi, pourrait-on dire.
Ensuite, il est très habile à présenter l'horreur et le gore sans que cela devienne gratuit.

Combinez ces deux compétences et vous obtenez un livre d'horreur incroyablement bon dans lequel les personnages sont d'une force inouïe. Le parfait page-turner. Si vous n'êtes pas un fan d'horreur ou si vous êtes particulièrement peureux, alors désolée, Little Heaven pourrait ne pas être le livre pour vous. Mais si vous êtes comme moi... jetez-vous dessus!

Comme beaucoup de lecteurs, j'ai trouvé un petit air du Ça dans ce roman, je l'entends dans le bon sens, juste une petite nostalgie, sans lien direct et sans sensation de déjà-vu. 
Bien sûr, il y a des forces surnaturelles au travail et un repaire dans lequel réside le monstre, mais je n'avais pas l'impression que les similitudes étaient accablantes. Nick Cutter est évidemment influencé par King, mais quel auteur d'horreur ne l'est pas? 
J'ai senti que l'auteur était aussi influencé par Lovecraft (pour mon plus grand plaisir) - un autre maître de l’horreur - par la forme des monstres qu’il a créés. Les illustrations tout au long de ce livre étaient un moyen très agréable de visualiser à quel point ces créatures étaient déstructurées (et immondes). Effrayantes même!! Il y a aussi pas mal de trucs qui rampent, les pires! Préparez-vous à sentir vos poils se hérisser pendant votre lecture!

J'ai beaucoup aimé TOUS les personnages principaux de ce livre. Le sens de l'humour de Eb, l'attitude de Minerva et l'humanité de Micah, avec une légère préférence pour Eb, j'ai un faible pour les anglais de couleur tueurs à gage sans scrupules (et pourtant) :D
Je me sentais en complète empathie avec les trois protagonistes, même s'ils étaient des chasseurs de primes et des meurtriers. 

Little Heaven est dirigé par l'un des personnages les plus vils - Amos Flesher - qu'on peux imaginer! Penser à lui me tourne le ventre, c'est dire à quel point il était excellent! 
Le culte religieux au milieu de nulle part, une ambiance glauque à la Jonestown (l'auteur avoue s'en être inspiré), et le mal qui guette sans relâche... Génial, je vous dis!
La combinaison de l'aspect culte religieux avec les forces surnaturelles à l'œuvre a créé un récit convaincant et complètement envoûtant.

Une petite remarque pour l'excellent boulot du traducteur Eric Fontaine, je m'arrête rarement sur les détails éditoriaux surtout dans le genre thriller / horreur où généralement c'est la qualité de l'intrigue qui prend le dessus..mais je dois souligner que la traduction est sublime! Ce roman est beau..et j'ai même osé penser que la version originale ne peut pas être mieux! Chapeau Denoël!

Mot de la fin: 


Je pourrais continuer encore et encore à dire pourquoi j'ai apprécié ce livre, mais je veux limiter ce que je révèle aux lecteurs potentiels. Je conclurais en disant que Nick Cutter m'a vraiment impressionnée! Go get it people!! 


Extraits:

"Ebenezer n'arrivait pas à mettre le doigt sur ce qui le dérangeait le plus à Little Heaven, à part cette évidence toute simple : c'était une triste enclave dirigée par un fou de Jésus bas du cul qui arborait une coiffure d'Elvis au rabais. Son malaise tenait plus aux petits détails, à la manière dont la lumière du soleil semblait plus mesquine au-dessus du camp, dépourvue de sa chaleur et de sa vitalité, ou à la démarche des habitants, tous voûtés comme des arbres qui luttent pour leur survie dans une plaine montagneuse balayée par le vent."

"Minerva songea qu'il était grand temps qu'elle se pende de nouveau.
Elle ne se souvenait ni du lieu ni du moment de sa dernière tentative ; elles finissaient par se ressembler au bout d'un moment. Du reste, pourquoi pas ? Elle n'avait rien d'autre de prévu cet après-midi-là.
Une autre ville, une autre chambre de motel miteuse. 

[...]
Minerva avait tendance à broyer du noir avant une tentative de suicide. Il était difficile de voir la vie en rose."




vendredi 10 août 2018

Tenebra Roma de Donato Carrisi: Rome dans le noir?

Titre Original: Il maestro delle ombre
Date de parution: 18/10/2017
Editeur: Calmann-Levy Noir
Nombre de pages: 304



Résumé: 


"Et si Rome se retrouvait plongée dans les ténèbres pour toujours…"

Cinq siècles auparavant, le pape Léon X lança cet avertissement : Rome ne devra jamais être plongée dans l’obscurité. Pourtant, lorsqu’aujourd’hui la foudre s’abat sur une centrale électrique au cours d’une terrible tempête, les autorités romaines sont forcées d’imposer un black-out total de vingt-quatre heures sur la ville le temps de réparer les dégâts. Dès le crépuscule, les ombres reviennent envahir Rome.
Dans le chaos et la panique qui s’ensuivent, une silhouette plus sombre que les autres va se déplacer silencieusement à travers la capitale, laissant derrière elle une traînée de morts… ainsi que des indices.
Marcus, le prêtre de l’ordre des Pénitenciers, peut reconnaître et interpréter les anomalies sur les scènes de crime. Mais le pénitencier a perdu son arme la plus précieuse : sa mémoire. Lui-même victime du tueur, il échappe de justesse à une mort atroce, sans plus aucun souvenir des derniers jours passés. Il va devoir remonter le fil de sa vie en même temps que la piste du monstre.
Seule Sandra Vega, une ancienne photographe scientifique, peut l’aider dans sa traque. Sandra connaît le secret de Marcus, mais a subi trop de pertes dans sa vie pour être en mesure de faire face à nouveau au mal. Et pourtant, elle va se retrouver entraînée malgré elle au cœur de l’enquête…
Le coucher du soleil se rapproche, et le temps est compté : au-delà des ténèbres, il n’y a que l’abîme.


Mon avis:


Le bonheur de lire un nouveau Carrisi
Oui, oui, c'est le livre que j'attendais le plus de toutes les sorties littéraires en 2017, et pour cause, Donato Carrisi est l'un de mes auteurs de polar préférés, toutes nationalités confondues! (voir ma vidéo Mes Auteurs de Thriller Préférés)

Et je peux dire que ce roman ne m'a aucunement déçue! Dans la veine des 2 tomes précédents des aventures de Marcus notre pénitencier préféré avec en surcroît une touche apocalyptique bien dosée!

L'idée de départ est très intrigante, Rome au merci de la nature, Rome sous la pluie, dans la tempête, Rome dans le noir, sans électricité, sans moyens de communication, sans connectivité, Rome livrée à ses démons et aux vils instincts de ses habitants. Rome sous l'emprise du Mal et des Maîtres des ombres..comme ambiance, on peut faire difficilement mieux!

Un enfant disparu il y a 9 ans, une violence qui se déchaîne dans les rues, un tueur sadique, des meurtres rituels immondes, un policier louche, un Marcus amnésique, encore une fois. Un Marcus qui se réveille ligoté et sans mémoire dans une grotte souterraine dans une scène d'introduction mémorable et qui se trouve propulsé dans une enquête infernale où se mêlent comme d'habitude histoire, religion, chimie et pas mal de secrets anciens. 

Le récit est on ne peut plus rythmé, aucun temps mort, les fausses pistes se succèdent, les indices, les doutes, les révélations, une façon propre à Carrisi de tenir le lecteur au bord de son siège complètement essoufflé!

Une course contre la montre et contre l'Apocalypse qui menace Rome où on ne peut respirer une minute. Une plongée en apnée dans les ténèbres et dans le mal. On retrouve le tribunal des âmes, on comprend la fin de Malefico, on ajoute une pièce au puzzle géant qu'a fabriqué Carrisi pour son pénitencier, on sort avec quelques réponses..et beaucoup de questions.

Pour une fois, j'ai vu venir la fin, mais ça n'enlève en rien sa violence! Encore une fois, Carrisi s'impose comme le maître des fins tordues et tonitruantes. Si vous êtes amateur des gros "twist" bien corsés, vous serez certainement servis!


Mot de la fin:


Si vous avez aimé les anciennes aventures de Marcus et Sandra, jetez-vous sur ce roman, surtout qu'il sort bientôt en poche (petit hic quand même, c'était trop court à mon goût, pour tout le temps que j'ai passé à attendre 😢). 

Rome comme vous ne l'avez jamais imaginé, une vision infernale et oh combien réaliste! Et accrochez-vous, ce livre vous causera des nuits blanches, mais aussi quelques cauchemars!




mardi 15 mai 2018

Une Autre Histoire de Sarah J. Naughton: Beaucoup plus qu'un thriller psychologique!



Titre original: The Girlfriend
Date de parution: 08/03/2018
Editeur: SONATINE
Nombre de pages: 416 p


     Je suis sûre que tu as déjà eu affaire à ce genre de roman..tu sais, ce roman dont tu ne connais ni l'auteur ni le résumé, que tu commences sans aucune attente, à la limite pour faire une pause entre un Grangé et un Thilliez, puis (et c'est bien fait pour toi) qui s'avère tout aussi bon que ces deux-là et tout aussi addictif! Tu l'as reconnu? Le coup de cœur totalement inattendu, le livre subtile et fin, sans sang, sans aucune scène gore, sans tueurs (ou presque) mais qui te prend au tripes et te promène par le bout du nez. Oui, je te parle de celui-là! Voilà, maintenant on peut commencer...



Resumé: 


La vérité n'est jamais là où on l'attend.
Élevée par un père violent et une mère soumise, Mags a fui l'Angleterre dès qu'elle a pu pour devenir une brillante avocate à Las Vegas. Lorsqu'elle apprend que son jeune frère, Abe, a été victime d'un accident et se trouve dans le coma, elle revient pour la première fois depuis longtemps à Londres. Là, elle a la surprise de rencontrer sa petite amie, Jody, dont il ne lui avait jamais parlé. Elle est plus surprise encore quand Jody, inconsolable, lui révèle qu'il ne s'agit pas d'un accident mais d'un suicide. Dépressif, Abe s'est jeté par la fenêtre. Peu à peu, la version officielle semble néanmoins présenter d'étranges incohérences. Jody dit-elle toute la vérité ? Était-elle vraiment la petite amie d'Abe ou une experte en manipulation ?
À ce stade du résumé, votre opinion est sans doute déjà faite. Jody est coupable, elle a d'une façon ou d'une autre participé à la chute d'Abe, Mags va découvrir la vérité. C'est du tout cuit : un thriller de plus parmi tant d'autres. Eh bien, détrompez-vous. Si les apparences sont en effet trompeuses, vous n'imaginez pas à quel point. Vous êtes surtout loin de vous douter avec quelle maestria Sarah Naughton vous manipule.

Vous croyez lire une histoire et c'en est une autre, bien plus captivante, qui va se dévoiler.




Mon avis: 



Je suis folle amoureuse de ce livre pour de nombreuses raisons dont je ne peux pas parler sinon, je vais vous spoiler et vous empêcher de tomber follement amoureux de ce livre! 

Ce serait la revue la plus courte jamais écrite, alors parlons un peu des choses. Pour commencer, vous attendez probablement le genre de thriller psychologique habituel. Hé bien oui. Et non (Dit-elle énigmatiquement)

Les personnages de ce roman sont extraordinairement intrigants, attachants aussi à leur façon, mais ils ne feront nécessairement pas ce que vous attendez d'eux, et ce, à plus d'une reprise. 

Sarah J Naughton a un sens aigu des complexes psychologiques, ett elle vous attachera du début à la fin. Il y a vraiment des histoires magnifiquement superposés, des suppositions difficiles, explorant des thèmes sombres et jonglant avec les émotions du lecteur d'une extrême à l'autre dans presque tous les chapitres.

Une Autre Histoire est un bouquin très très intelligent. Parfois très sournois. Certainement poignant. Et de bout en bout surprenant. Véritablement surprenant, avec des rebondissements bien dosés et une fin géniale, complètement inattendue! Quand j'y suis arrivée, j'ai dû prendre du recul et faire le point sur ce que je ressentais. BAM. Dans ta face. Mais doucement...

Je l'ai aimé..beaucoup. Parce que ce n'est pas vraiment à propos de ce que vous pensez. La surface offrira aux fans de thrillers psychologiques tout ce qu'ils espèrent.. alors que les profondeurs cachées offriront tout le reste. Donc vraiment, tout le monde devrait lire ce roman!


Mot de la fin: 



Personne ne croit un menteur. Même quand ils disent la vérité.

Quelle est la vérité? Eh bien, vous devrez lire ce livre si vous voulez savoir. Désolée. C'est comme ça que ça se passe..

Motus et bouche cousue.

Hautement recommandé! Mais ça, tu l'as déjà compris.




lundi 23 octobre 2017

La Cible était Française de Lee CHILD: Jack Reacher..plus badass que jamais!

Titre en VO: Personal
Editeur: Calmann-Levy
Date de parution: 06/09/2017
Nombre de pages: 368
Resumé:

Émoi dans tous les services de sécurité du monde: un inconnu vient de tirer sur le président de la République française à Paris, et la balle est américaine. Le sniper a touché l’écran de protection à la distance phénoménale de 1 400 mètres et l’avertissement est clair : la prochaine fois, ce sera au sommet du G8. Et Dieu sait combien il y fera de victimes.
Mais qui est ce tireur d’élite ? Seuls quatre hommes sont susceptibles d’avoir accompli cet exploit, et l’un deux, John Kott, est un Américain que Jack Reacher a fait mettre en prison quinze ans plus tôt. Aujourd’hui libéré, l’homme reste introuvable. Et c’est Jack Reacher que l’armée missionne en secret pour mettre la main sur le tireur.

Entre Paris et Londres, en tandem avec une jeune analyste, Reacher va se retrouver en butte à toutes sortes d’individus des services spéciaux russes, anglais et français, sans compter des assassins serbes et autres traîtres. Sa mission n’a jamais été aussi périlleuse.




Mon avis:


Quelqu'un a tiré sur le président de la République Française à Paris avec un fusil de sniper. Qui était-ce? Et pourquoi? Voici quelques questions auxquelles Reacher devrait trouver les réponses. En combattant des hommes, les fusillant parfois, avec ses mains nues, et quelques balles. Jack Reacher est de retour!

C'est le 19ème opus de la célèbre saga de Jack Reacher. Si vous n'avez pas encore lu cette série, commencez maintenant! Vous pouvez les lire tous en quelques semaines, mais ne le faites pas, car vous devrez attendre une année pour le prochain. 
Ils sont des "whodunnits" délicieusement pédants. Et aussi des thrillers assez violents. Et ils racontent tous les aventures d'un seul homme. Jack Reacher!


Reacher est un solitaire.. Il fait de l'auto-stop ou prend le Greyhound. Il n'a pas de carte de crédit ni de téléphone. Il achète de nouveaux vêtements tous les trois jours et jette les anciens. Il ne possède rien sauf une brosse à dents. Il a souvent tort, est laconiquement drôle et carrément irrésistible pour la gent féminine. 

Cet héros ex-militaire était dans la police militaire de l'armée américaine. très cool, et utile si vous voulez écrire des hybrides polar-action. Appartenir à la police militaire signifie deux choses: Un, il est un enquêteur qualifié. Deux, il pourrait battre tout le monde dans l'armée.

Cette fois c'est "personal" (le titre du roman en VO). L'un des gars qu'on soupçonne de tirer sur le président Français connaît Reacher. Parce que ce dernier l'a mis hors-circuit il y a des années pour avoir tué un camarade dans une dispute de bar. Ce gars est un tireur hors-norme, et tant qu'il est en liberté, il est un danger ambulant! Donc naturellement notre Jack est appelé pour le neutraliser.

De l'action à foison, des rencontres peu communes..un agent secret russe à Paris, un gars gallois un peu louche à Londres, un gang serbe à Acton, un autre à Barking. Pas l'itinéraire habituel de tourisme-thriller. 

Et bien sûr, c'est un Lee Child, donc tellement bon qu'il fait paraître l'écriture "littéraire" pâle, flasque et surfaite. Ses phrases sciées s'amoncellent générant un élan implacable et en même temps aéré, agréable, rapide sans être oppressant. Beaucoup d'interludes éducatifs, notamment un paragraphe entier sur comment éclater une porte..des riffs sardoniques sur le consumérisme..toujours placés intelligemment dans le flux et le reflux des informations, contribuant au suspense. 

Tireurs d'élite, gangsters, géants, ex-militaires rancuniers..différentes façons de briser les membres des gens..ou de leur tirer dessus au visage, femmes fortes et intéressantes, petites villes, grandes villes, pistolets et coudes, café... Chaque nouveau roman recèle une nouvelle combinaison. 
"La cible était française" est une réussite totale, un Lee Child pur jus à 200 à l'heure, haletant, efficace et passionnant! 


Verdict:


Child ne peut pas s'arrêter maintenant. Il ne doit pas s'arrêter. Trop de gens dépendent d'un homme unique dans son genre..Jack Reacher!






vendredi 20 octobre 2017

Entre Deux Mondes de Olivier NOREK: Insoutenable..Inoubliable!

Editeur: Michel Lafon
Date de parution: 05/10/2017
Nombre de page: 413


Ce livre m'a anéantie! m'a secouée, m'a laissée en larmes, le cœur en miettes, l'espoir et la frustration se mêlant dans ma tête. 


Résumé:


Fuyant un régime sanguinaire et un pays en guerre, Adam a envoyé sa femme Nora et sa fille Maya à six mille kilomètres de là, dans un endroit où elles devraient l'attendre en sécurité. Il les rejoindra bientôt, et ils organiseront leur avenir. 
Mais arrivé là-bas, il ne les trouve pas. Ce qu'il découvre, en revanche, c'est un monde entre deux mondes pour damnés de la Terre entre deux vies. Dans cet univers sans loi, aucune police n'ose mettre les pieds. 
Un assassin va profiter de cette situation. 
Dès le premier crime, Adam décide d'intervenir. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il est flic, et que face à l'espoir qui s'amenuise de revoir un jour Nora et Maya, cette enquête est le seul moyen pour lui de ne pas devenir fou. 
Bastien est un policier français. Il connaît cette zone de non-droit et les terreurs qu'elle engendre. Mais lorsque Adam, ce flic étranger, lui demande son aide, le temps est venu pour lui d'ouvrir les yeux sur la réalité et de faire un choix, quitte à se mettre en danger. 




Mon avis:



Olivier Norek sans Victor Coste? j'étais septique! Mais maintenant que j'ai lu Entre Deux Mondes, je le félicite de tout mon cœur..car si le choix de la thématique était audacieux (voire osé), Norek s'est surpassé, il ne s'agit plus d'un polar qui sent le vécu, mais d'une réelle tragédie humaine abordée avec une sensibilité et une intelligence impressionnantes! 

Ce livre est poignant, cruel, violent, limite insoutenable, mais ça déborde d'humanité!

L'humain dans ce qu'il peut être de pire..et de meilleur! L'humain sans frontières de langues, de religions, de couleurs, de pays! 
La jungle de Calais, cet endroit "unique" qui gît entre deux mondes, qui abrite les réfugiés juste pour les empêcher d'atteindre l’Angleterre, cet "état" dans l'état, qui n'obéit justement qu'aux lois de la jungle, la loi du plus fort! Le seul endroit en France où la police ne peut pas enquêter, ni arrêter, ni intervenir! 

Entre le quotidien des migrants, rêves bafoués, familles perdues, rage au ventre, droits absents...et celui des flics de Calais, désillusion, dangers, remords, frustration...le bien et le mal n'ont pas lieu d'être!

Ce livre est un précieux témoignage sans jugement, sans parti-pris, sans condamnation explicite, écrit avec beaucoup de cœur..et de sang..et de tripes! et si j'ai pleuré à plus d'une reprise ce n'était pas que de la tristesse, c'était de la compassion, de l'émotion, et de l'amour pour ces personnages qui nous font presque oublier les horreurs de la jungle!

Oui, Olivier Norek s'est surpassé, il n'est décidément plus "le flic qui écrit des histoires de flics", il est l'écrivain assumé dont le talent n'est plus à confirmer. Le style d'écriture est plus que jamais soigné, mais toujours sans fioritures..avec ce supplément d'âme, d'humain, qui vous touche et vous hante et vous bouleverse! 
Lisez ce roman, vous en sortirez ébranlé, secoué, mais plus humain!


Et je vous avoue que, vu l'évolution de Norek d'un roman à l'autre, j'ai presque peur de lire son prochain!!




Extraits:


"Ce n'est pas le premier. La violence est partout puisque la pauvreté est immense. Tu ne peux pas mettre ensemble dix mille hommes, quasiment enfermés, tributaires de la générosité des Calaisiens et des humanitaires, sans autre espoir qu'une traversée illégale, et croire que tout va bien se passer. Des morts, il y en a toutes les semaines. Les No Border les traînent aux limites de la Jungle, devant les CRS, mais parfois ils sont simplement enterrés entre les dunes et la forêt. Si un jour ils rasent la Jungle, il ne faudra pas creuser trop profond."





jeudi 19 octobre 2017

Un Moindre Mal de Joe Flanagan: Simplement Superbe!


Titre original: Lesser Evils
Editeur: GALLMAISTER
Date de parution: 06/04/2017
Nombre de pages: 470

Résumé:

Cape Cod, 1957. Dans cette petite communauté tranquille, une série de meurtres d’enfants paralyse la population. Une famille disparaît dans d’étranges circonstances, un homme se fait violemment tabasser et refuse de dénoncer ses agresseurs. Le lieutenant Warren, de la police locale, découvre la difficulté de mener à bien son enquête dans un service corrompu. Sa position devient intenable quand arrive dans la région Stasiak, officier légendaire de la Police d’État aux pratiques douteuses. Destitué de ses dossiers, Warren comprend vite que résoudre ces affaires n’est pas ce que recherche ce flic brutal et manipulateur. Pourtant il ne peut rester en retrait de ce chaos, au risque d’y perdre sa place, sa réputation et peut-être beaucoup plus.


Avis de Atef:

Peut-on encore écrire dans le registre du roman noir de nos jours sans tomber dans la formule toute faite ou le déjà vu/lu ? L'exercice semble d'autant plus périlleux qu'il s'agit peut-être du genre le plus codifié qui existe et le plus enclin à tomber dans sa propre caricature. C'est pourtant le genre qu'a décidé d'aborder le nouveau venu Joe Flanagan pour son premier roman, ce Lesser Evils (en VO), encensé un peu partout par les critiques et les lecteurs. Tellement encensé d'ailleurs que l'éditeur s'est empressé de joindre au livre un bandeau publicitaire du Publisher's Weekly qui le compare à rien de moins que le L.A Confidential d'Ellroy, transposé à Cape Cod. Si la pratique est très courante, il convient d'emblée de lever la confusion: les deux romans partagent bien évidemment les grandes lignes : Police corrompue, journalistes troubles, crimes mafieux, inspecteurs incorruptibles...  mais encore une fois, ils ne sont pas propres au roman d'Ellroy mais constituent des passages quasi obligés pour tout roman noir ''classique'' qui se respecte. 

   Classique, le roman de Flanagan l'est jusqu'à la moelle. Et ceci dans tout ce que le terme implique de meilleur puisque l'auteur fait preuve d'une maîtrise saisissante dans le déroulement de son intrigue et la gestion de son suspense. Fort d'une documentation exhaustive, Flanagan entraîne son lecteur le long d'une enquête aux prémices simples mais aux ramifications inattendues sans que jamais l'on perde le fil tout en redonnant toute sa place à l'investigation -élément malheureusement trop peu présent dans les écrits actuels-. L'histoire est donc dense, riche en rebondissement et surtout, rondement menée sans grossiers artifices et, en cela, le défi est amplement relevé. Plus encore, Flanagan a le bon sens de donner toute la place nécessaire à ses personnages pour exister, y compris la légion de seconds rôles, brossant ainsi une mosaïque  de profils différents et passionnants. Par ailleurs, l'histoire est articulée autour d'un duel entre deux fortes têtes aux antipodes l'un de l'autre, le lieutenant Warren et l'officier Stasiak dont les affrontements jalonneront le récit et serviront de moteur à l'avancement de l'enquête.   

   Pour autant, l'auteur ne s'en remet pas uniquement à l'efficacité de son enquête mais affiche une belle ambition en délocalisant celle-ci loin du cadre trop usité de L.A vers Hyannis, une bourgade à Cape Cod. Un choix potentiellement casse-gueule mais que Flanagan utilise à son avantage et transforme en atout non négligeable tant il apporte une originalité inattendue à un genre ultra balisé. Le roman se fend donc d'une belle dimension sociale à travers son regard sur une certaine Amérique communautaire encore empêtrée dans ses croyances religieuses tout en étant profondément discriminatoire (le fils attardé du héros, le couple homosexuel, le racisme ordinaire de la police locale...). Tout ceci est amené avec une plume fine, authentique et qui sait se montrer incisive quand il le faut. A ce titre, le final d'une centaine de pages, riche en adrénaline est furieusement réussi. 


  Avec ce somptueux premier roman, Joe Flanagan s'impose d'emblée comme un auteur de polar doué avec lequel il faudra dorénavant compter. 


ATEF ATTIA

lundi 31 juillet 2017

Notre Petit Secret de ROZ NAY: Une "petite" pépite du genre!




Prix Douglas Kennedy du meilleur thriller étranger
Titre original: Our little Secret
ME: Hugo et Compagnie
Date de parution: 18/05/2017


J'ai remarqué qu'on ne parle pas assez de ce roman sur la blogo et sur la toile, ce que je trouve bien dommage! C'est l'un de ces rares romans à suspense qui ont réussi à raconter une histoire complètement immersive de la manière la plus courte, la plus concise et la plus addictive possible.
Oui, j'ai été conquise, je vous explique pourquoi...


Resumé:


Angela est interrogée par la police : la femme de son ex petit ami a disparu, et l'inspecteur Novak est persuadé qu'elle en sait davantage qu'elle ne veut bien le dire. Alors, encouragée par Novak, Angela va raconter son histoire. Une histoire qui commence dix ans plus tôt, au lycée de Cove, dans le Vermont, par sa rencontre avec HP, en qui elle reconnaît son âme sœur. Mais le récit d'Angela va révéler un sombre écheveau de trahisons et de pulsions destructrices, au cœur d'un troublant triangle amoureux.




Mon avis:


 En moins de 300 pages, Roz Nay vous fera traverser tout un panel d'émotions envers ses personnages et son histoire. Préparez-vous à être tour à tour attendris, furieux, frustrés, horrifiés, émus...mais constamment manipulés!

Son écriture est facile, simple, sans fioritures, et vous emporte dans l'histoire dès la toute première page. Vous ne sentirez pas le temps passer et vous finirez ce roman sans vous en rendre compte.

Ce thriller psychologique met l'accent sur la disparition d'une femme et sur un triangle amoureux qui est au centre de cette disparition. Tout le récit est l'interview de notre protagoniste, Angela, qui est aussi le narrateur, par un détective qui essaie de comprendre ce qui est arrivé à la disparue. 

Le personnage principal nous raconte donc l'histoire qui commence en son adolescence alors qu'elle construit l'intrigue de manière complètement addictive. Pour un roman aussi court, l'histoire est juste impressionnante!

Le récit se compose de scènes dans une salle d'interrogatoire entre Angela et le détective Novak ainsi que des séquences de flash-back qui nous transportent partout dans la vie de Angela, car elle raconte comment elle a connu toutes les personnes concernées. 

Avec une fluidité étonnante, Roy Naz livre l'un des thrillers psychologiques les plus addictifs et les plus rythmés que j'ai jamais lus. Alors qu'on imagine que l'histoire va se focaliser sur les événements actuels, Notre Petit Secret nous offre une histoire beaucoup plus complexe qui prend origine dans l'adolescence des protagonistes et leurs premiers émois. 

Cette structure vous rendra rapidement accro à mesure que vous apprenez à connaître les personnages et les moments significatifs qu'Angela a partagés avec chacun. C'est grâce au récit de ses souvenirs que les indices sont lancés un par un alors que l'intrigue se construit à un rythme constant et impitoyable.

Bien que certaines des décisions d'Angela tout au long de sa vie soient tout à fait discutables, vous ne pourrez que constater combien un amour sincère peut mal tourner, oui c'est pas nouveau mais ce roman nous le montre d'une manière des plus inouïes. 
L'élément le plus fascinant de ce livre réside toutefois dans sa capacité à manipuler le lecteur. 
Dépassé par le rythme rapide, il y a trop peu de temps pour réfléchir deux fois, et encore moins pour que les émotions soient filtrées et nuancées. 
J'ai bien aimé le fait que tout le monde aurait pu être coupable et que Roz Nay se plaît à nous faire douter sans forcer, sans effort, sans prétention. 
Même la relation entre le détective et Angela (au présent) a été intelligemment intégrée. Aucune hypothèse ne semble impossible à mesure que le rideau descend lentement.

Sans oublier la révélation finale magistrale (ou dans une autre version, le "twist ending" de malade de la mort qui tue!!!) qui va certainement vous tomber sur la tête et vous laisser sans parole pour quelques bonnes minutes!


Mot de la fin:


D'une simplicité déconcertante, d'un réalisme frappant et d'une intelligence exceptionnelle; Notre Petit Secret fera certainement partie de mes coups de cœur de l'été! Ce roman a aussi réussi à surmonter mon aversion pour les triangles amoureux! C'est vous dire à quel point il est réussi!!